Programmes mixtes
Equipements
Restaurants - Hôtels - Bureaux
Habitat
Expositions -  Recherche


                                                                                                                                                                                   
PORTE DE MONTREUIL - Réhabilitation de 283 logements
Paris 20e, France

Programme : réhabilitation de 283 logements dans 2 ilots HBM « Porte de Montreuil Nord » Paris 20e avec l’amélioration de l’habitabilité des logements familiaux, la création de logements étudiants ainsi que de nouveaux services et espaces partagés au rez-de-chaussée.
Maîtrise d’ouvrage : Paris Habitat
Equipe : ZERM (réemploi), DVTup (concertation), Zefco (BE environnemental et thermique), INEX (fluides) BOLLINGER+GROHMANN (structure), AIDA (acoustique), VPEAS (économie de la construction)
Mission : Complète
Calendrier : Etudes en cours
Surface : Env. 12 000 m² SU
Budget : 14 900 000  euros HT



À l’heure de la prise de conscience de la nécessité de repenser le cycle de vie des édifices et des matériaux, ce projet acte une nouvelle étape dans la démarche de réhabilitation : une démarche ambitieuse basée sur la forte identité des lieux et la valorisation des qualités intrinsèques de ces logements où il s’agit de naviguer avec souplesse entre conservation, restauration, réutilisation, réemploi et recyclage s’inscrivant dans une dynamique qui vise à entretenir et bâtir la ville autrement.

Aujourd’hui, la forte proportion de petits logements et la volonté d’accentuer le brassage générationnel et sociologique en insufflant de nouveaux programmes comme des logements étudiants et des services aux habitants suppose un regard précis, d’un côté sur les qualités du « chez soi » et de l’autre sur l’intensité des relations de voisinage, ou la vie « avec les autres ».

Agir sur le domestique c’est améliorer l’habitabilité et le confort de ces logements malgré leur taille réduite en s’appuyant sur leurs qualités intrinsèques comme la double orientation, la hauteur sous plafond, la présence de fenêtres dans chaque pièce y compris les pièces humides ou encore des espaces de distribution qui rendent chaque pièce autonome et l’usage qui lui est attribué flexible. C’est aussi introduire des logements étudiants non standards qui s’adaptent à l’existant et permettent une diversification des typologies.

Travailler sur le commun c’est penser le logement comme faisant partie d’un système plus vaste, où l’espace collectif peut devenir pour chaque habitant, le prolongement de son propre appartement. Programmer ces espaces c’est aussi revaloriser les rez-de-chaussée et profiter des qualités offertes par la présence du square du Quercy pour la réussite de leur appropriation par les habitants.

Le domestique et le commun sont les maîtres mots de cette réhabilitation tournée vers l’usage